Fondée en 2005

FFMBE | Pourquoi une fédération du massage bien-être ?

Voici quelques années, le métier de masseur, praticien en massages bien-être, n’était pas reconnu en France. L’action collective portée par la Fédération française de massage a permis de lever bien des blocages. Il demeure cependant du chemin à faire pour que le massage, et le métier de masseur·se, soit pleinement établis, tant juridiquement que sociétalement.
Créée en 2005 par des praticiens engagés et des écoles volontaires, la Fédération française de massages bien-être s’est dès l’origine engagée dans une démarche à la fois militante et professionnelle.

Le militantisme

Au tout début, ce fut un militantisme de résistance face aux procès en illégitimité attentés contre la profession, notamment par l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Puis, la reconnaissance juridique faisant son chemin, s’y est adjoint un militantisme pour promouvoir le massage dans la société française et faire connaître ses bienfaits. Aujourd’hui, encore, la FFMBE a besoin de mobiliser, nombreuses, toutes ses forces collectives afin d’œuvrer à la reconnaissance du massage.

Le professionnalisme

Dès son origine, la FFMBE a structuré des parcours de formation initiale répondant à des exigences de qualité. Elle a défini des conditions d’agréments professionnels élaborés collectivement et reconnus par les pairs. Ainsi, l’agrément Organisme de formation professionnelle fixe les référentiels auxquels doivent se conformer les 30 écoles affiliées. L’agrément Praticien·ne en massages bien-être, encadre la formation, la déontologie et les conditions d’exercice de plus de 1.000 masseur·se·s. C’est certain, le grand public sait qu’il peut venir en toute confiance vers les professionnels agréés FFMBE.

Désormais, la FFMBE s’affirme comme la principale structure nationale représentative de l’ensemble des métiers du massage.

Elle est ouverte à tous les courants de pensée respectueux du libre arbitre de l’individu. Elle s’interdit tout signe, manifestation et discussion confessionnelle ou politique ostentatoire.

Le choix et l’utilisation des différentes techniques et pédagogies de massage affiliées ne comportent ni exclusive, ni attachement à un centre de formation.

La bienveillance

La bienveillance est la valeur fondatrice de la FFMBE. Elle associe des qualités d’accueil et d’écoute pour établir une confiance dans les rapports humains et nourrir le lien qui s’établit entre les individus en les acceptant tels qu’ils sont, où ils en sont. Elle se décline entre tous les membres de notre fédération professionnelle. Elle constitue également le socle philosophique des enseignements au métier de masseur·se. Elle est l’essence de la relation qui s’instaure entre le praticien en massage bien-être et la personne qui reçoit le massage.

La déontologie

Par-delà les règles et les normes, une profession telle celle de masseur·se, ne peut s’exercer sans faire référence à des principes d’éthique. Cette démarche est d’autant plus importante s’agissant d’un art qui touche à l’humain. S’agissant également d’un univers professionnel cerné par toutes sortes de dérives médicales, sectaires ou sexuelles. C’est pourquoi, en adhérant, tout professionnel s’engage au respect le plus stricte du code de déontologie établi par la Fédération.

La FFMBE a pour objet :