Fondée en 2005

Quelle pratique du massage bien-être par les masseurs-kinésithérapeutes ?

Testing IFOP-FFMBE

Testing IFOP – FFMBE – décembre 2020

La présente étude démontre de façon irréfutable que l’Ordre national des masseurs-kinésithérapeutes défend un monopole d’utilisation des termes « massage » et « masseur » en contradiction avec les pratiques et représentations des masseurs-kinésithérapeutes de terrain.

Les résultats de l’étude :

  • 100% des masseurs-kinésithérapeutes utilisent le terme «massage » pour désigner le massage bien-être.
  • 100% des masseurs-kinésithérapeutes font nettement la distinction entre les « massages thérapeutiques » et les « massages de relaxation ».
  • 72% des masseurs-kinésithérapeutes soit déclinent une demande de rendez-vous pour un massage de relaxation, soit n’en ont qu’une pratique limitée ou très occasionnelle.
  • 30%  des masseurs-kinésithérapeutes redirigent vers un professionnel du massage bien-être.
  • Seuls 28% des masseurs-kinésithérapeutes acceptent une demande de rendez-vous pour un massage de relaxation d’une heure ou plus.

Les masseurs-kinésithérapeutes acceptent-il de réaliser des massages bien-être ?

Problématique ciblée par l’étude

L’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes soutient que l’utilisation des termes « massage » et « masseur » relève de l’usage exclusif de la profession. Un massage, quel qu’il soit, ne pourrait être réalisé dans des conditions satisfaisantes que par un praticien ayant reçu une formation de masseur-kinésithérapeute.

Confronté à cette revendication de monopole, le monde de l’esthétique a renoncé à l’utilisation du terme massage et adopté le terme « modelage ». Pour autant, c’est généralement le terme « massage » qui s’affiche dans les vitrines et sites internet des instituts de beauté.

Pour leur part, les métiers du massage bien-être (entre 60.000 et 100.000 professionnels en France), représentés par la FFMBE, revendiquent l’universalité d’usage du terme « massage ». La FFMBE a toujours soutenu que ce terme, commun à de nombreuses langues, et reconnu sans ambiguïté dans le monde entier, est le seul à pouvoir représenter le métier.

Depuis 2016, une adaptation du Code de la santé publique distingue d’une part, les massages à visées thérapeutiques, qui demeurent de la compétence des masseurs-kinésithérapeutes, et d’autre part, les massages de bien-être qui peuvent être librement pratiqués par les professionnels du massage. Cette ligne de partage a été confirmée par la Ministre de la santé en réponse à une question écrite posée à l’Assemblée nationale fin 2016.

Pour autant, l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, et certaines de ses représentations départementales, persistent à mener une guérilla juridique et à revendiquer l’usage exclusif du terme « massage » par leurs mandants.

Sur les 122 adhérents de l’organisation mondiale de la physiothérapie, seul l’Ordre français intègre le terme « masseur » dans sa dénomination professionnelle. Tous les autres membres se reconnaissent dans les termes de « kinésithérapie » et de « physiothérapie ».

En réalisant une opération de testing auprès des masseurs-kinésithérapeutes de France, la FFMBE voulait vérifier si les praticiens de terrain adhèrent aux représentations de leur Ordre professionnel.

L’étude a démontré de façon irréfutable que l’Ordre national des masseurs-kinésithérapeutes défend un monopole d’utilisation des termes « massage » et « masseur » en contradiction avec les pratiques et représentations de ses membres, masseurs-kinésithérapeutes de terrain.

Méthode utilisée pour le testing

Le testing a été réalisé par téléphone auprès d’un échantillon représentatif des masseurs-kinésithérapeutes de France. La démarche a consisté à demander un rendez-vous pour un massage de relaxation

Afin de garantir leur qualité, les entretiens n’ont pas été confiés à un centre d’appel, mais réalisés directement par l’équipe chargée d’étude conceptrice de l’enquête. Les questions posées par les enquêteurs avaient pour objectif de préciser sans ambiguïté qu’il s’agissait d’une demande pour un massage de bien-être, à caractère non thérapeutique, sans prescription médicale et sans prise en charge par la sécurité sociale.

Les entretiens ont ensuite fait l’objet d’une transcription intégrale de sorte à pouvoir conduire une analyse tant qualitative (éléments de langage utilisés) que quantitative.

Le rapport d’étude IFOP

Source

Par  Joël DEMASSON, Président de la Fédération Française de Massages Bien-Être ( FFMBE)

Table des matières

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

Bonjour,
Article intéressant

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x