Fondée en 2005

Le métier de masseur.se

Le métier de masseur·se, praticien·ne en massage bien-être, est une activité
libérale non réglementée. Il peut s’exercer sous statut individuel ou salarié.
Depuis sa création, la FFMBE œuvre afin de rendre la profession juridiquement
visible et lisible.

La liberté de travailler et d'entreprendre

Dés lors qu’une activité professionnelle n’est pas réglementée, il est loisible à chacun de l’exercer à sa façon et selon le cadre juridique de son choix. Il est donc possible de pratiquer à titre salarié, pour un employeur, ou comme salarié de sa propre entreprise. Il est également possible d’exercer à titre libéral. La grande majorité des professionnels adhérents de la FFMBE a fait le choix d’un exercice libéral placé sous le statut de la microentreprise.
Pour autant, la Fédération représente tous les professionnels du massage bien-être, quel que soit le régime juridique sous lequel ils exercent.

Une profession juridiquement visible et lisible

Non réglementé, le métier de masseur est dans une situation de zone grise juridique. Car il se définit plus par ce qu’il n’est pas, que par ce qu’il est.

La FFMBE milite pour que la profession de masseur·se, praticien·ne en massage bien-être, soit reconnue et définie juridiquement.

Sortir de la zone grise : la voie du RNCP

Selon le droit français, un des chemins pour accéder à la reconnaissance d’une profession consiste à la faire reconnaître par France compétences. Ce qui se traduit par une inscription au Répertoire national des certifications professionnelles. La Fédération milite de longue
date pour une telle reconnaissance. Par deux fois durant la décennie écoulée la FFMBE a porté une démarche collective des organismes de formation affiliés et déposé des demandes d’inscription du métier de Praticien de massages bien-être au RNCP. Ces demandes ont été par deux fois rejetées. Un rejet qui exprime le lobbying des autorités de santé contre l’émergence d’un métier de masseur hors du champ de la masso-kinésithérapie. Pour autant, des organismes de formation affiliés portent toujours le projet d’une inscription au RNCP. Des dossiers sont en cours.

Le référentiel métier de masseur, un signal fort

L’autre chemin possible pour aboutir à la reconnaissance d’une profession, c’est sa structuration par les professionnels eux-mêmes. Une structuration qui passe par la production de normes que la profession s’applique à elle-même, et qu’elle conduit les pouvoirs publics à reconnaître. C’est ici un rôle essentiel pour notre Fédération.
La FFMBE est la seule organisation nationale représentative du massage bien-être en mesure de fédérer 30 écoles autour d’un référentiel métier partagé et de normes de formation initiale. Ainsi, la Fédération peut attester que toute personne formée dans l’une des écoles agréées satisfait aux fondamentaux qui en font une véritable professionnelle du massage bien-être.