Infolettre FFMBE Avril 2022

Voici votre information professionnelle et l’actualité de votre fédération. Comme vous pourrez le constater, nous sommes à la manœuvre sur de nombreux dossiers. Votre Fédération fait tout pour faire bouger les lignes. Bonne lecture.
Infolettre Avril 2022 - FFMBE
Capture page catalogue de formation sur l'OFPA

Un catalogue national de formation professionnelle continue.

Pour la période 2020-2022 nous avions édité un premier catalogue de formation professionnelle continue au format PDF. Cette initiative a été accueillie positivement et nous avons donc décidé de la poursuivre. Désormais ce catalogue est adossé à un outil internet qui permet une mise à jour permanente et propose des recherches par organisme, par catégorie de massage, par date et durée. Une carte interactive permet également de privilégier la proximité.
Ce catalogue est très sélectif. Chaque école a choisi avec soin des formations d’excellence, en accord avec ses domaines de spécialité. Généralement courts, ces modules sont dédiés à des professionnels formés et expérimentés, en recherche d’approfondissement ou de ressourcement. Il ne s’agit en aucun cas de formation loisir ou pour débutant.

>>> Accéder au catalogue en ligne

Logo Syndicare sur une image de mains de plusieurs personnes liées

La FFMBE participe à la création d’une confédération nationale des métiers du prendre soin.

Le 31 janvier dernier s’est tenue l’assemblée générale constitutive de la Confédération nationale des professionnels de la prévention, de l’accompagnement à la santé et du bien-être. Syndicare a vocation à devenir la représentation commune des professions du prendre soin.
Notre participation à la création de Syndicare concrétise la volonté de la FFMBE de s’invertir plus activement dans l’action syndicale professionnelle, en coordination avec d’autres métiers aux problématiques similaires.

>>> Lire l’article

Message publicitaires - Magazine mutation

Militer pour la prise en compte du massage bien-être par les mutuelles complémentaires santé

La FFMBE continue son travail de communication en direction du monde mutualiste avec pour objectif d’aboutir à la prise en charge du massage en tant que méthode d’accompagnement à la santé. Pour cela, un message publicitaire a été publié dans la revue Mutations, le magazine trimestriel de prospective et de réflexion de la Mutualité française. 

Logo CNPL Chambre National des Professions Libérales

La FFMBE milite pour la reconnaissance des métiers du massage et adhère à la Chambre nationale des professions libérales.

La crise Covid-19 a été l’occasion de vérifier, encore et encore, que les professions du massage demeurent inaudibles auprès des pouvoirs publics et évoluent dans un univers d’incertitudes juridiques (statut social, code APE, cadre fiscal, caisse de retraite, fonds de formation…). Il nous fallait sortir de notre coquille et prendre l’escargot par les cornes afin d’engager un travail collectif avec toutes les professions qui rencontrent des difficultés similaires (sophrologie, shiatsu, naturopathie…). Nous avons donc choisi de rejoindre la Chambre nationale des professions libérales, qui vient de créer en son sein une branche des métiers du bien-être. La FFMBE souhaite trouver ainsi les relais et synergies nécessaires afin d’aboutir à la reconnaissance des métiers du massage et à la stabilisation du cadre juridique qui leur est applicable. Nul doute que la route sera longue. Mais du moins, nous y serons en bonne compagnie.

>>> Découvrir la Chambre nationale des professions libérales.

France compétence

Quel chemin pour aboutir à la certification des métiers du massage ?

Les formations initiales délivrées par les 31 écoles agréées par la FFMBE sont unanimement reconnues pour faire référence. Toutefois, et à de très rare exceptions, elles n’ont jamais franchi le cap de l’inscription au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), placé sous l’autorité de France compétences. La Fédération a par deux fois, en 2011 et 2013, déposé elle-même une demande. A chaque fois rejetée. 
La difficulté d’accès au RNCP s’accentue aujourd’hui du fait d’une stratégie très restrictive de la part de France compétences, qui vise à limiter les inscriptions au répertoire, donc l’accès aux financements. Cette position relève également du souhait de ne pas reconnaître les pratiques de bien-être et de soins non conventionnels comme des métiers à part entière.
Pour autant, la FFMBE maintient très ferme sa volonté de faire reconnaître les métiers du massage bien-être et de les légitimer par une certification. C’est là un des objectifs de notre récent engagement dans l’action nationale interprofessionnelle (création de Syndicare et adhésion à la CNPL). Cette volonté se traduit également par la mobilisation de ressources afin de conduire une étude dont l’objectif est de définir une stratégie réaliste, assortie d’une feuille de route opérationnelle. Cette mission a été confiée à un cabinet spécialisé. Toutes les écoles affiliées seront consultées et associées à cette démarche. Les premières conclusions de cette étude seront rendues en octobre prochain

Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être… si vous avez un peu de considération pour les métiers du bien-être.

La nouvelle confédération Syndicare a mis à profit la campagne présidentielle pour sensibiliser les candidats aux difficultés rencontrées par les métiers de la prévention, de l’accompagnement à la santé et du bien-être. Voici des extraits de la lettre qui a été adressée aux candidats. Un courrier aux allures de plateforme de revendications :
« En France, les métiers de la prévention, de l’accompagnement à la santé et du bien-être représentent plus de 200.000 emplois. Ces métiers constituent un secteur économique en plein développement. Ils répondent à une forte attente sociétale pour des pratiques de soins en complémentarité avec les professions de santé. Ils s’inscrivent dans un grand mouvement international généralement caractérisé par le concept anglo-saxon de « care ».
Pour autant, en droit français, ces métiers ne font l’objet d’aucune réglementation spécifique. Ils sont maintenus dans une zone grise tant administrative, sociale que fiscale. Une situation en totale contradiction avec la réalité économique et sociale d’un secteur d’activité actif et producteur d’emplois.
Ce délaissement administratif, social et fiscal induit de nombreuses difficultés pour les professionnels concernés et les administrations en charge de leurs activités […].C’est pourquoi la Confédération nationale des professionnels de la prévention, de l’accompagnement à la santé et du bien-être, tenait à vous faire connaître, en tant que candidat(e) à l’élection présidentielle, la plateforme sur laquelle elle demande l’ouverture immédiate d’une concertation avec les ministères, administrations et organismes sociaux concernés :
    • Reconnaissance comme profession libérale : c’est un fait, les professionnels du « care » exercent une profession libérale non réglementée au sens où l’entend l’administration fiscale : « personnes qui pratiquent, en toute indépendance, une science ou un art et dont l’activité intellectuelle joue le principal rôle ».
    • Création d’une branche professionnelle : l’Europe exige que tout métier soit encadré dans une branche professionnelle. Ce qui n’est pas le cas pour nos professions. Il est donc urgent de trouver une branche professionnelle pour ces métiers émergents qui regroupent des dizaines de milliers de travailleurs, indépendants pour la plupart mais pas toujours, ce qui permettrait de répondre à la nécessité d’encadrement et de représentation de ces professions.
    • Code APE 8690F : nous souhaitons un regroupement unique sous le code 8690F qui correspond le mieux à nos activités.
    • Réglementation socle de formation : l’encadrement de nos professions passe par la définition d’un socle de formation minimum et règlementé.

UPSME - Les micro-entrepreneurs libéraux et le FIFPL en 2002

Le Fonds Interprofessionnel de Formation des Professionnels Libéraux (FIFPL) devient le fonds de formation de tous les micro-entrepreneurs libéraux. 

Depuis le 1er janvier 2022, les micro-entrepreneurs exerçant une activité dans le bien-être ou les soins non conventionnels, identifiée par les codes APE 9604Z, 8690F ou 9609Z, doivent faire appel au FIFPL pour le financement de leurs formations.
Notre partenaire, l’UPSME, vous explique dans le détail cette importante modification et vous accompagne, en tant qu’adhérents FFMBE, dans l’application de cette nouvelle réglementation.

>>> Lire l’article de l’UPSME
>>> Remplir le formulaire de demande rattachement

La Direction générale de la concurrence (DGCCRF) - Contrôle - homme qui se fait masser

La Direction générale de la concurrence (DGCCRF) alerte sur certaines pratiques de soins non conventionnels. Elle pose ainsi en filigrane quelques lignes rouges pour l’exercice de nos professions. 

Après une première enquête réalisée en 2018, la DGCCRF a lancé une nouvelle campagne de contrôles dans le secteur des pratiques de soins dites « non conventionnelles », entre octobre 2020 et septembre 2021.
Les résultats de cette enquête ont été publiés le 18 mars 2022 : Attention aux risques des pratiques de soins “non conventionnelles” | economie.gouv.fr
Les reproches relevés concernent principalement la communication des praticiens, en ce qu’elle présente des risques de confusion entre les promesses des soins non conventionnels et celles des disciplines de santé au sens du code de la santé publique.
Il importe toutefois de souligner que nos disciplines, justement dites « non réglementées » ne sont soumises à aucune règle. L’Etat se trouve donc ici en position d’arroseur arrosé. Le pied fièrement posé sur le tuyau dont il a lui-même ouvert le robinet.
En ce qui nous concerne, nous n’avons pas attendu la DGCCRF pour poser un cadre, et nous en tenons à l’article 7 de notre code de déontologie : « Le·la masseur·se, praticien·ne en massage bien-être veille à ne créer aucune confusion entre la nature de son activité et toute pratique à caractère médical. Il·elle doit s’abstenir de poser des diagnostics d’ordre médical ou de commenter les avis et conseils des professionnels de santé. Il·elle ne peut en aucun cas garantir, directement ou indirectement, la guérison d’une maladie, d’une blessure ou de toute pathologie, ou abuser de l’inexpérience, de l’ignorance, de la naïveté, de la vulnérabilité ou du mauvais état de santé de son client. »

Affiche salon Zen & Bio sur mur

Rendez-vous au Salon Zen&Bio à Angers !

La Fédération et France massage® continuent d’être présents dans les salons. Après la participation de son équipe au salon Vivre Autrement à Paris, le prochain rendez-vous sera à Angers pour le salon Zen&Bio du 29 avril au 01 mai 2022 au Parc-Expo. Comme pour le salon à Paris, le stand de la FFMBE sera animé par les professionnels France massage.

>>> Découvrir les praticien·ne·s présent·e·s au salon à Paris

Amateurs de massage, professionnels installés, futurs praticiens, c’est le moment de rencontrer l’équipe FFMBE / France massage et de vous renseigner sur les approches, les techniques, les formations, les métiers, les adhésions, etc. A très bientôt !

Source

Par  Joël DEMASSON, Président de la Fédération Française de Massages Bien-Être ( FFMBE)

Table des matières

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x