Fondée en 2005

MBE et précarité

Le massage bien-être, un outil de restauration de l’estime de soi et un outil de prévention dans la lutte contre la précarité.

MBE et précarité

Le massage bien-être, un outil de restauration de l’estime de soi et un outil de prévention dans la lutte contre la précarité.

Au cœur de Paris, l’Espace Solidarité Insertion ESI – famille fondé par Emmaüs Solidarité pour les familles en situation de précarité, sans emploi et sans logement, nous touche d’emblée par son accueil humain et chaleureux. Tout est organisé, décoré et animé par une équipe de professionnels et bénévoles pour rendre le lieu serein, joyeux, agréable à vivre et propice au ressourcement.

Les familles ne viennent pas y dormir mais y ont accès tôt le matin pour un petit-déjeuner équilibré et respectueux des besoins selon les âges (nourrissons, enfants, parents). Puis la journée se poursuit selon différents chemins : l’espace hygiène, l’espace parents-enfants, les ateliers santé / bien-être, la préparation à la naissance et la parentalité, l’informatique, les activités pédagogiques et éducatives. L’objectif est de répondre à des besoins physiques et psychiques fondamentaux. Puis, de souhaiter dans le meilleur des cas, une (ré)insertion sociale.

Une autre particularité de cet endroit est qu’il a porté́ un projet tripartite entre la maternité de Port-Royal, l’Agence Régionale de Santé et l’accueil de jour de l’ESI-familles : le PRE- NAP75, Projet Régional Expérimental d’accompagnement à la Nutrition et Allaitement chez les femmes en situation de Précarité.

C’est dans ce lieu que Claire Guillemot (1), accueille des femmes enceintes et des mères seules avec leurs bébés, parfois accompagnées du papa. Elle leur offre une séance de mas- sage bien-être, véritable pause magique de douceur et de réparation de l’estime de soi. Les femmes ressortent transformées, prêtes à vivre leur maternité et leur parentalité. Les hommes lâchent prise, confient leur angoisse et reprennent confiance. Les enfants relâchent leurs tensions et retrouvent une joie de vivre. Toutes et tous s’autorisent un moment de répit dans la quête prioritaire et quotidienne de la satisfaction des besoins vitaux.

Nous reconnaissons sans aucun doute les principales caractéristiques des bienfaits du massage bien-être. Les individus retrouvent un potentiel énergétique, un bien-être physique et mental, une réappropriation progressive de leur schéma corporel dans une globalité corps-esprit.

Une autre conséquence de l’effet massage bien-être est la posture de la praticienne. La juste distance entre la praticienne et la personne massée instaure une relation de confiance et permet d’aborder différents thèmes sensibles. En accord avec la personne, la collaboration avec différents intervenants pour un bon suivi médical et social s’en trouve facilitée.

Dans la prévention et la lutte contre la précarité, le massage bien-être est un outil efficace, en appui du travail social effectué par les associations et institutions. C’est le sujet central d’un travail de mémoire réalisé par Claire, contribution au regard porté par toute l’équipe de ESI Familles. Leur travail s’inspire de la psychologie humaniste fondée sur une vision positive de l’être humain : l’individu a une tendance innée à vouloir se réaliser et est capable de mobiliser les forces psychologiques nécessaires pour s’accomplir dès lors que ses besoins vitaux sont remplis et son autonomie respectée.

POUR ALLER PLUS LOIN ET COMPRENDRE LA PLACE DU CORPS DANS LA PRÉCARITÉ

La notion de corps précaire de Gisèle DAMBUYANT-WARGNY
« Quand on n’a plus que son corps » – Ed. Armand Colin, 2006

Cette sociologue analyse le corps comme ultime et unique ressource. Malmené, anesthésié ou mis en scène, il est le premier marqueur de l’exclusion, de la survie, celui qui raconte une trajectoire, des souffrances, des manques de soins,des rapports aux autres difficiles.

Le corps fonctionne en surexploitation (prostitution, faire la manche) ; en surconsommation avec des problèmes de santé ignorés ou des conduites addictives ; en sur sollicitation avec les pairs comme avec les travailleurs sociaux par l’obligation de côtoyer et s’associer à d’autres pour satisfaire les besoins vi- taux, en surexposition (froid, vol, querelles).

Ces êtres ont souffert, parfois dès l’enfance, et souffrent encore. Ils trouvent des solutions de fuite et de mise à l’abri par un surinvestissement de l’espace public.

Selon elle, « toute prise en charge devrait s’attacher exclusivement, tout du moins dans un premier temps, à des programmes de « récupération corporelle » qui viseraient à un meilleur état corporel, avant d’envisager toute autre forme d’insertion ou de réinsertion ».

Le travail identitaire et la notion de corps fragmenté de Claudia GIROLA
Conférence-débat « Vivre sans abri, de la mémoire des lieux à l’affirmation de soi », 2 février 2011, organisé par l’association Emmaüs et Normale sup. Ed. Rue d’Ulm, 2011

Le travail de terrain mené par l’auteure, anthropologue, montre que, malgré leurs conditions d’existence extrêmes, les sans-abris mobilisent une énergie considérable pour construire et affirmer leur identité. Ils essaient par de multiples apprentissages de comprendre leur « être-là-malgré-tout ».

Or cette quête pour s’affirmer se heurte à la logique institutionnelle de l’aide sociale. Pour entrer dans les cases des formulaires de l’administration les sans- abri vont construire des identités différentes et une histoire fragmentée, qui s’éloigne peu à peu des vrais motifs de la raison pour laquelle ils sont arrivés à se trouver dans la rue.

(1) Claire Guillemot, mémoire DIU Pré- carité, Santé maternelle, Santé périna- tale, 2014-2015

Formée au massage bien-être et au toucher bienveillant pour femmes en- ceintes dans une école agréée FFMBE, Claire est agréée par la FFMBE depuis de nombreuses années.

Reportage réalisé grâce à Nathalie Martz, directrice d’ESI Famille et Claire Guillemot qui m’ont chaleureusement accueillie.

Source

Par Fouzyia MEDOUKALI/ paru dans La Massagère / Numéro 21 / 2016

Table des matières

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x