Fondée en 2005

Le massage-bien-être dans le monde : la Thaïlande

Ce qu’on découvre, quand on arrive pour la première fois en Thaïlande, ce sont des visages souriants.

Le massage-bien-être dans le monde : la Thaïlande

Lorsque l’on évoque la Thaïlande devant un Occidental, devant un Français qui n’en a jamais foulé le sol (j’ai posé la question autour de moi), un flot d’images fantasmées, contradictoires et ambiguës vient aux esprits. Pêle-mêle : une destination de vacances exotique, le bouddhisme, les massages, la cuisine, mais aussi la prostitution, la junte au pouvoir, les tsunamis. D’une certaine façon, tout cela est exact ; mais surtout, ce qu’on découvre d’abord, quand on arrive pour la première fois en Thaïlande, ce sont des visages souriants.

La Thaïlande, repères sur son histoire et ses cultures

Aujourd’hui, la Thaïlande appartient au groupe des pays à revenus intermédiaires et jouit d’une croissance économique soutenue et d’infrastructures très développées. La superficie du pays est de 514 000 km2. La Thaïlande compte deux groupes ethniques principaux : les Thaïs (75 %) et les Chinois (14 %.) L’économie se caractérise par la libre entreprise et par des politiques favorables aux investissements. Les provinces du Sud, à prédominance musulmane, sont marquées par une certaine instabilité politique et des violences sporadiques. Au Nord, des problèmes frontaliers persistent avec le Myanmar et l’on compte de nombreux réfugiés, notamment Karens. Avant 1939, la Thaïlande était le royaume de Siam, bordé à l’ouest par la Birmanie, au sud par la Malaisie, à l’est par le Cambodge et au nord-est par le Laos. Sa capitale est Krung Thep (la « Cité des anges »), également appelée Bangkok. La langue officielle est le thaï, et la monnaie, le baht. C’est une monarchie constitutionnelle depuis 1932. Le roi Rama IX, neuvième de la dynastie Chakri, règne sur le pays depuis 1946, record de longévité en Thaïlande. Souverain constitutionnel, le roi porte officiellement le titre de chef de l’État, chef des forces armées, partisan de la religion bouddhiste et défenseur de toutes les confessions. Sur le plan politique, la Thaïlande a connu depuis 1932 dix-neuf coups d’états tentés ou réussis par l’armée, le dernier en date ayant eu lieu le 22 mai 2014 .

Les arts

L’art thaïlandais a été influencé par les traditions et les thèmes d’origine indienne, khmère et par les voisins bouddhistes ; dans le Nord, par l’influence des Birmans, des Mons et de groupes mino- ritaires comme les Tai lus ; au Sud, l’in- fluence vient de la Malaisie et de la Chine. L’art thaï est une combinaison du meilleur des traditions asiatiques. Le Bouddha se retrouve régulièrement dans les sculptures et les peintures. L’architecture de la Thaïlande symbolise le sens de la communauté thaïe et de ses croyances religieuses, le bois et la pierre sont les matériaux traditionnellement utilisés. Le théâtre et la danse traditionnelle thaïe vont souvent de pair dans six formes dramatiques agrémen- tées parfois de mimes, de marionnettes et de poésie. Les Thaïlandais ont également su produire, depuis les années 1930, un cinéma très riche, actuellement reconnu et primé dans de nombreux festivals internationaux. Évidemment, l’artisanat thaï est lui aussi reconnu pour sa très grande qualité.

Cuisine

La cuisine thaïlandaise est essentiellement basée sur quatre saveurs : le sucré, l’épicé, l’aigre et le salé. La cuisine thaïe est réfléchie en termes de santé, de bien-être et de désir. Elle n’est pas uniforme à travers le pays et peut puiser dans des influences laotiennes ou birmanes. Contrairement aux autres peuples asiatiques, les Thaïs n’utilisent les baguettes que pour le riz ; à l’origine, ils préféraient manger avec les doigts la nourriture posée sur une natte.

Spiritualité et coutumes.

En Thaïlande, on parle des cultures plutôt que de la culture, culture bouddhique, culture profane tradi- tionnelle et culture musulmane. La population thaïlandaise est à 94 % bouddhiste theravada. Il existe une grande pérennité des croyances animistes, comme celle des amulettes magiques, culte domestique rendu « aux esprits du lieu » auxquels sont consacrées les maisons des esprits devant les habitations et les commerces. L’une des coutumes les plus connues est le fameux wai, geste de salutation pour le bonjour et l’adieu. Il s’agit de rapprocher ses mains, comme dans un geste de prière, avec une légère révérence.

Le bien-être thaïlandais

Santé. L’économie de la Thaïlande est en pleine croissance, elle n’est plus tributaire de l’aide extérieure pour ses programmes de lutte contre les maladies et jouit de bonnes capacités institutionnelles dans les domaines liés à la santé, laquelle est une priorité pour l’État. Le neuvième plan national de développement (2002-2006) et le projet de loi sur la santé nationale constituent le fondement juridique d’un système de santé décentralisé et équitable. L’État s’est engagé à assurer à tous les citoyens de Thaïlande de bonnes conditions de santé. Cette approche fondée sur l’équité est destinée à améliorer la santé. Elle ne se concentre pas uniquement sur le traitement des maladies et aborde la nécessité de toucher les groupes marginalisés et négligés (tribus des col- lines, migrants internes, immigrants sans papiers et pauvres des zones urbaines). Une loi instituant une caisse nationale d’assurance, gérée par un organisme national indépendant d’assurance santé, a été adoptée en 2002. Grâce à une décentralisation progressive, la Thaïlande est en train de résoudre la question de la planification des services de santé de base et de la gestion des ressources humaines au niveau local.

La médecine traditionnelle thaïe s’inspire des grandes cultures asiatiques, notam- ment chinoise et indienne. Les moe boran (docteurs traditionnels) sont des hommes au service de leur communauté ; ils se transmettent un savoir familial de génération en génération. Ils utilisent les techniques de massage ainsi que d’autres thérapies comme l’herboristerie, la diété- tique, le yoga thaï, les soins prénataux et les pratiques de désintoxications. Ils utilisent également les rituels chamaniques et bouddhiques (prières, mantras et médi- tation). Cette médecine traditionnelle voit la santé au travers d’un équilibre entre l’homme et la nature. Il existe quatre éléments fondamentaux : l’air (souffle, circu- lation sanguine, système digestif), le feu (chaleur métabolique, assimilations des éléments), l’eau pour les liquides (sang, lymphe, salive, larmes…) et la terre pour tous les solides du corps (os, peau, dents, ongles…). En Thaïlande, on parle aussi d’énergie vitale, le lompran, lom étant l’air et pran, pour prana, la force vitale qui cir- cule dans les canaux du corps.

Il existe également en Thaïlande des chamans très considérés pour leur grande connaissance du corps et de l’esprit : les rushis, des yogis très expérimentés, accomplis, vivant en parfaite harmonie avec la nature.

Massage traditionnel thaïlandais

Le nuad borarn. En Thaïlande, le nuad borarn (nom thaï signifiant « massage ancien ») fait partie de l’art de vivre. On reçoit les séances chez soi, en famille (les enfants peuvent être invités à marcher sur le dos de leur parent), au temple, lors de marchés de rue ou dans des salons spécialisés. La population en bénéficie pour soulager des tensions quotidiennes. Certains consultent un moe boran, qui peut utiliser une technique particulière, plus centrée sur une partie du corps en fonction du besoin et cela en combinaison avec d’autres pratiques pour des troubles plus spécifiques. Dans la pratique courante du nuad borarn, on peut remarquer deux formes de protocoles principaux, celui de la campagne, dont les praticiens ont développé un sens de l’écoute qu’ils peuvent adapter au massage, selon les circonstances, avec n’importe quels outils comme le toksen (outil de percussion en bois) mais également d’autres supports de pression. Le nuad borarn royal est un protocole plus codifié, destiné, à la base, à l’aristocratie de la cour. Le protocole est plus cérémonial, les pressions sur le corps sont davantage pratiquées que les étirements. Les différents positionnements du praticien sont aussi plus chorégraphiques. (Pour plus d’informations techni- ques, lire l’article sur le nuad borarn de La Massagère no 13)

Les écoles. En Thaïlande, vous pouvez vous faire masser à tous les coins de rue ; les écoles ayant pignon sont toutes aussi nombreuses, mais la qualité d’enseignement y est très variable. Le business de l’école à touristes occidentaux est très répandu : si vous désirez apprendre le nuad borarn de façon sérieuse et certifiée, il est préférable, dans une première étape d’apprentissage, de compter trois semaines de cours, et de vérifier au préalable que votre école est certifiée par le ministère thaïlandais de la Santé. Cette certification n’est pas spécifiquement reconnue en France mais elle l’est aux États-Unis et en Angleterre. Au final, c’est une reconnaissance indispensable de la valeur et de la qualité de l’enseignement. Bien sûr, vous pouvez apprendre dans une école non certifiée, mais si vous êtes novice, il est préférable de choisir la garantie du véritable nuad borarn traditionnel et officiel. À Bangkok, l’école de Watpo se trouve dans l’un des plus grands temples de la ville. J’y ai personnellement appris le nuad borarn en 1998, et si j’ai entendu dire que son système a évolué vers un modèle plus « industrialisé », cette école n’en reste pas moins un must ! Dans le Nord, il y a également une école très renommée à Chiangmai, qui enseigne les techniques du nuad de campagne, donc plus axées sur les étirements – en fait, elles sont complémentaires. La plupart des cours sont donnés en thaï ou en anglais mais quelques Français vivant et pratiquant en Thaïlande peuvent vous aider dans votre cheminement. De toute façon, on apprend le nuad borarn d’abord avec ses mains, ses doigts, ses coudes et ses pieds !

Références : OMS Alliance française de Thaïlande
Chiangmai : www.thaismassageschool.ac.th Bangkok : www.watpomassage.com

Source

Par  Patrice MINERY/ paru dans La Massagère / Numéro 18 / 2014.

Table des matières

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x