Fondée en 2005

La relation d’accompagnement, une posture, une dimension intérieure, une dynamique relationnelle

Dans une société en quête de nouveaux repères, l’idée de l’accompagnement séduit.

La relation d’accompagnement, une posture, une dimension intérieure, une dynamique relationnelle

Dans une société en quête de nouveaux repères, l’idée de l’accompagnement séduit. Elle correspond à l’air du temps, à un besoin sociétal pressant nourri par le désir de chacun de se réaliser, de s’épanouir dans sa vie per- sonnelle et professionnelle. Mais l’idée reste floue pour beaucoup… La bienveillance et les bonnes intentions ne suffisent pas à définir ce qu’est une relation d’accompagnement. Et où se situent les massages bien-être et leur diversité dans la pratique de l’accompagnement ?

ACCOMPAGNER : DEFINITION

Concevoir qu’accompagner, c’est seulement être aux côtés de quelqu’un et que, grosso modo, en ajoutant de la compréhension, de bonnes intentions et des conseils judicieux, la formule vaut l’estampille « accompagne- ment », c’est non seulement réducteur, mais plus encore erroné. Cessons donc de faire du concept d’« accompagnement » un véritable fourre-tout. Relevons en premier lieu ce qu’il n’est pas : de l’aide, de l’assistance, du conseil, de l’orientation… L’analyse sémantique du verbe « accompagner » participe à sa clarification : le préfixe « ac » marque l’idée d’un cheminement, d’un mouvement vers, d’une chose en train de se faire ; le radical « compagn » contient la notion de partage.

Cette analyse implique que l’accompagnement n’est possible que s’il y a mouvement, déplacement, avec une intentionnalité transformatrice. Quant à la notion de partage, elle signifie ici « prendre part à ». L’accompagnant est un facilitateur, c’est-à-dire qu’il propose un dispositif relationnel spécifique et propice au mouvement intérieur de l’accompagné, mais sans le faire à sa place. L’accompagné s’implique dans une démarche qui vise à passer une étape, à progresser, à se rapprocher de ce qui est juste en lui et pour lui.

ACCOMPAGNER : UNE POSTURE CLAIREMENT IDENTIFIEE

Accompagner ne se réduit pas à une méthode. C’est une démarche jalonnée de repères partagés, la mise en place d’une fonction contenante dans laquelle des personnes coopèrent et cheminent.

La relation d’accompagnement relève d’un processus ouvert, respectueux de la singularité de chacun. Elle suppose implication, coopération, responsabilité, éthique, autonomie et posture clairement identifiée.

Accompagner, c’est en premier lieu répondre à une demande, accueillir le client comme une personne qui entend vivre un moment privilégié pour elle- même, en toute confiance, dans le respect de ses choix, de sa pudeur, de ses croyances. Concernant le massage- bien-être par exemple, nous sommes tous convaincus qu’être massé n’est pas anodin. Pour le client, être touché par des mains inconnues nécessite d’évoluer dans un cadre clair, notifié ou verbalisé, dans lequel la place et le rôle de chacun sont rigoureusement identifiés.

ACCOMPAGNER : UNE RELATION DE SUJET A SUJET

L’accompagnement est une relation de personne à personne, de sujet à sujet. C’est un rapport social entre un professionnel formé à cette démarche et un client qui exprime une demande ou un besoin. Evoquer ce rapport professionnel permet de positionner d’emblée la relation d’accompagnement dans un contexte qui n’est pas seulement de l’ordre de la bienveillance. Il s’agit bien aussi d’une relation contractuelle, d’un côté une compétence sans cesse ajustée, et de l’autre, une demande spécifique.

Pour que la relation d’accompagnement s’élabore et prenne de la consistance, un cadre est nécessaire. Il s’appuie sur le respect de principes déontologiques et éthiques, ainsi que sur le professionnalisme. Ces para- mètres sont incontournables pour qu’un accompagnement soit adapté, juste, et pour que la présence à l’autre transcende la technique.

Cette présence à l’autre exige un réglage constant de la posture de l’accompagnant, dans sa distance et sa proximité, dans sa disponibilité et son attention, dans sa tolérance et son ac- cueil. La présence à l’autre réside dans l’art, la manière et l’implication d’être avec et aux côtés de l’accompagné. Sans oublier que, être dans la rela- tion, c’est être centré dans son corps, vigilant à ses mouvements intérieurs comme les transferts et les contre- transferts, et attentif à la question de la distance à l’autre, nécessairement sans cesse remise en question.

L’accompagnement est tout à la fois une posture, une dimension intérieure en mouvement et une dynamique relationnelle.

ACCOMPAGNER C’EST :

– Placer l’humain et son aptitude au bien-être au centre du dispositif relationnel.
– Accueillir le sujet tel qu’il est, là où il en est, et l’accompagner là où il veut aller. – Poser un cadre qui affirme que le but de la relation est de faciliter l’accès au bien-être, afin de libérer l’accompagnant de toute intention.

– Prendre soin de la relation qui s’éla- bore entre le praticien et le client. Prendre soin de cet entre-deux évite précisément de prendre en charge l’accompagné.

– Répondre au processus d’autonomie d’une personne en devenir qui aspire à donner du sens à sa vie.
– Etre aux côtés du client qui exprime un besoin ou une demande sans se substituer à lui, sans l’influencer, l’orienter et décider à sa place.

– Masser sans intention, sans emprise et sans vouloir quoi que ce soit pour le client.
– Etre le témoin bienveillant et sans jugement d’une histoire qui n’est pas la nôtre et à laquelle nous sommes malgré tout conviés.

« L’accompagnement ne vise rien ! Sa logique ne réside pas dans la finalité des choses, mais plutôt dans celle de l’ouverture, de la disponibilité, du retentissement des opportunités surgissantes et du cheminement en cours. »

L’accompagnement ne s’improvise pas. Cela s’apprend. C’est une pratique qui nécessite la mise en place d’un dispositif relationnel invitant le bénéficiaire à prendre en main son bien-être. Il devient auteur et acteur d’un processus qui le place en tant que sujet responsable et autonome dans la perspective de son accomplissement et de son épanouissement.

Source

Par Roger DAULIN/ paru dans La Massagère / Numéro 20 / 2014.

Table des matières

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x