Fondée en 2005

La non-conscience

Et si nous prenions en main notre santé en favorisant une démarche de prévention ? Comment nous alimentons-nous ? Comment, prenons-nous soin de nous ? Quelles préventions adoptons-nous ?

La non-conscience

Imaginez une marmite remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite. L’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager. La température commence à grimper. L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, mais elle ne s’affole pas pour autant, surtout que la chaleur tend à la fatiguer et à l’engourdir.

L’eau est vraiment chaude, maintenant. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte, elle s’efforce de s’adapter et ne fait rien. La température de l’eau va ainsi continuer de monter progressivement, sans changement brusque, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite. Plongée d’un coup dans une marmite à 50°, la même grenouille donnerait immédiatement un coup de patte salutaire et se retrouverait dehors*…

 

Ne trouvez-vous pas cette métaphore éloquente, riche d’enseignements ?

Combien de fois mijotons-nous à petit feu sans protestation ? N’avons-nous pas de multiples exemples personnels où nous nous laissons glisser insensiblement vers un mal-être sans réaction, sans opposition, sans révolte ?

Alors que la médecine et la chirurgie ont énormément progressé, notre consommation de médicaments s’accroît considérablement et entraîne un déséquilibre économique incontrôlable. N’est-ce pas contradictoire ? Nous savons aujourd’hui que certaines pathologies lourdes mettent des années à se développer.

En s’accoutumant à certains petits désagréments mineurs, nous avalons les derniers remèdes miraculeux et nous nous laissons affaiblir sans résister, jusqu’à une perte de vitalité profonde. Et si nous prenions en main notre santé en favorisant une démarche de prévention ? Comment nous alimentons-nous ? Comment, prenons-nous soin de nous ? Quelles préventions adoptons-nous ?

En matière d’environnement, plus nous empoisonnons notre terre, plus nous nous détruisons… Alors que les plus grands glaciers fondent et entraînent de terribles catastrophes et bouleversements climatiques, nous continuons à polluer l’atmosphère. Que faisons-nous individuellement pour la protection de la planète ?

Comment cultivons-nous notre jardin d’amour ? Accordons-nous l’écoute et la présence bienveillante à notre partenaire, ou nous laissons-nous glisser dans les méandres de la rancœur, l’amertume et l’indifférence ? De quelle saveur teintons-nous nos relations ?

Un beau jardin est entretenu, débarrassé des mauvaises herbes envahissantes dans le respect de la nature. La récolte est alors abondante et nourricière. Dans un couple, n’en est-il pas de même ? N’est-il pas nécessaire de préserver la relation, de la nourrir, d’être conscient de la qualité de celle-ci afin d’éviter tout déclin insidieux ?

Tout est mouvement, tout est impermanent…

Ce qui répondait à un besoin aujourd’hui sera différent demain. Les changements qui se produisent en nous et autour de nous sont de véritables enseignements de vie, à condition de les percevoir.

La non-perception d’un changement progressif induit une absence de réaction et conduit petit à petit à la cuisson, comme pour la grenouille.

Mais un changement positif peut également passer inaperçu et aboutir à un mécontentement, à un découragement, voire un renoncement. Les fruits d’un cheminement intérieur ne sont pas toujours visibles à court terme. Se remettre en question, entraîner son esprit au calme intérieur… implique vigilance, efforts et persévérance. Tout ce qui est laissé à l’abandon se détériore, se dégrade. Tout demande de l’entretien, de l’énergie, de l’attention et de l’effort. Vivre chaque instant en pleine conscience permet de rester vigilant à toute détérioration qui s’installerait lentement et insidieusement au niveau de nos relations, de notre vie professionnelle ou familiale, de notre santé…

 

Alors ne tombons pas dans le piège de la grenouille et de la marmite, continuons d’élargir et d’accroître notre conscience…

*Extrait du livre d’Olivier Clerc, La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite et autres leçons de

vie, Éditions JC Lattès.

Source

Par  Pascale CHAMBON / paru dans La Massagère / Numéro 13 / 2013.

Table des matières

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x