Forum

Navigation du forum

A propos de la pudeur

Citation

Sur le sujet de la pudeur, certains rédacteurs proposaient l’interdiction de la nudité totale du client. L’idée sousjacente était que la nudité constituerait une dérive ou une déviance.

Cette version laisse le jeu ouvert, en partant du principe que la nudité n’est pas condamnable en soit et peut constituer un véritable choix, en cohérence avec les représentations de la personne et la nature des techniques utilisées.

Citation

Je rejoins Joël dans son analyse de la nudité. Elle n'est évidemment pas condamnable en soit et peut effectivement constituer un choix mais il est important que le praticien n'impose pas cette nudité.

Je me souviens d'une expérience où la masseuse m'a imposée ma nudité au moment de mon installation sur la table. J'étais déjà masseuse à cette époque et pourtant, je l'ai mal vécu car je n'y étais pas préparée. Il est donc important que le praticien laisse le choix au client ou annonce, dès la prise de rendez-vous, les "modalités" du massage.

Citation

A propos des articles du code de déontologie sur la pudeur, ci-dessous mon analyse :

section 15 - Respect de la pudeur du client (de la clientèle ?)

La phrase « il organise des rituels....» pourrait peut-être être remplacée par quelque chose du style « l’intimité du client doit être préservée de l’accueil à son départ en passant par son installation sur la table de massage ».

Le 2ème paragraphe est obscur (en tout cas pour moi) et n’apporte rien. A retirer ?

3ème paragraphe : En réciprocité, un client ne saurait imposer sa propre représentation de la pudeur à son masseur bien-être, qui peut alors refuser de pratiquer la prestation.

Merci à toute l'équipe de la FFMBE pour son travail 🙂

 

Citation

Le second paragraphe : être en mesure de proposer (et savoir adapter le massage) une solution répondant aux attentes en matière de pudeur = serviette, drap, sous-vêtement, vêtements...

Citation

Merci pour cette réponse et d'ailleurs pourquoi ne pas rédiger tout simplement ce 2ème paragraphe en employant les termes de ta réponse Joël ? Elle a le mérite d'être claire.

Citation

Bonjour Madame, Bonjour Monsieur,

C'est donc au titre de candide que je vous fais part de ma lecture de votre chartre.

Vos nombreuses références à la pudeur sont de nature à rendre suspectes les recommandations qui s'y rapportent. L'insistance sur ce thème donne le sentiment d'entrer dans un monde qui veut se racheter et le fait en épousant les thèses de la pudibonderie (principe du balancier).

Cette insistance est marquée et gênante à la fois. De plus, vous le savez, les praticiens véreux ne seront pas stoppés par une charte à laquelle ils n'adhèreront pas ... si seulement ils la lisent ... et les praticiens honnêtes (de même que leurs clients), pourront  y voir non pas un code de conduite éthique mais plutôt un carcan.

J'ai toujours pensé qu'un affichage très explicite des diverses prestations et des conditions dans lesquelles elles sont réalisées avaient pour effet de cadrer le sujet dès le départ, l'entretien préalable finissant d'indiquer les pratiques, leurs limitent de même que les comportements exigés des professionnels et des clients.

Par ailleurs, la pudeur est une donnée personnelle qui ressort des valeurs enseignées  plus que de l'inné : valeurs familiales, scolaires, légales, des usages et des principes religieux. Chacun s'en imprégnant peut en faire son crédo de vie ou s'en départir pour se libérer de ce qui pouvait passer pour des contraintes parentale et/ou sociétale etc... Notons d'ailleurs que cette référence lourde à la pudeur fait de certaines parties du corps, dites intimes, des endroits honteux dont on ne sait plus s'il faut les placer dans un écran ou un coffre-fort. Doit-on imiter en toutes choses les injonctions morales des américains ?

Bien à vous.

 

Citation

Merci de lire "écrin" et non "écran" en fin de message.

TJB.

Citation

Il ne semble pas que  le sujet de la pudeur prenne toute la place dans un code de déontologie qui aborde de nombreux thèmes. Cependant, vous avez raison, il est important de trouver un point d'équilibre et de ne pas trop en faire. Pour tout vous dire, nous partons de loin sur ce sujet qui a fait débat parmi les rédacteurs des premières versions. Nous en étions à lister ce qu'il était autorisé de montrer, et ce qu'il était autorisé de voir, ou pas... Comme quoi, même parmi des professionnels du corps ce sujet demeure controversé.

Citation

Le texte faisant actuellement partie de la charte me semble juste car il admet une variablité des représentations des client.e.s et praticien.ne.s et invite ces dernier.e.s à s'y adapter tout en gardant leur propre limite. C'est très précis et concis comme rédaction selon moi.

 

Merci !

Citation

Le texte est très clair, et il est important que le respect de la pudeur soit dans les deux sens, donc important que le praticien puisse refuser une prestation s'il ne souhaitait pas qu'on lui impose la nudité (du massé bien-sûr ).

Citation

Bonjour,

vaste sujet que celui de la pudeur.

En tant qu'ancienne infirmière, je ne suis pas du tout gênée par la nudité MAIS!!! en tant que praticienne en massage je ne l'accepte pas pour la simple raison que ça n'amène rien en terme de qualité ou de plus value dans la pratique de mes massages et que je n'ai pas envie de créer de confusion dans les objectifs de ma pratique. Jusqu'à présent les personnes qui m'en ont fait la demande étaient des hommes ; leur insistance ne m'a pas semblé saine, j'ai clarifié les limites de mes prestations en précisant bien qu'elles ne sont pas à caractère sexuel, la plupart n'ont pas pris de rendez-vous.

Donc la nudité est selon moi, source de confusion de catégorie de prestation, et si nous voulons être reconnu pour les professionnels que nous sommes, il est alors opportun de ne pas l'accepter et de tout mettre en œuvre pour préserver l'intimité du massé. Je ne parlerai pas forcément de rituel mais de mettre à la disposition du client de quoi se dévêtir à l'abri de notre regard par tout moyen dont nous disposons : serviette, paravant, cabine de déshabillage... et de quoi se couvrir pour venir jusqu'à la table de massage.

Myriam.

 

Citation

Bonjour,

Pour ma part je trouve que le texte actuel est clair. Comme disaient des personnes précédemment, la pudeur est propre à chacun et un(e) praticien(ne) mal attentionné(e) ne s'occupera pas de cette chartre (Malheureusement).

En tant que praticien, c'est à nous de nous adapter à la pudeur de nos clients, et  en même temps de remettre les limites si cela est nécessaire.

Et on en revient au fait, qu'il faut être juste dans sa pratique.

Après  un petit détail et là je rejoins Catherine Duvot pour le 1er paragraphe . je changerais le mot rituel.

 

 

Citation

Bonjour,

en tant que praticien et adhérent de la FFMBE je suis toujours très surpris de voir des réactions proches de la pudibonderie pour des personnes qui travaillent sur le corps! Autant je trouve normal qu'un praticien (ou une praticienne) refuse la nudité de ses client(e)s, autant je trouve tout a fait normal qu'il puisse aussi l'accepter! La pudeur est propre à chacun, il suffit de voyager dans les pays européens pour voir qu'elle est très différente d'un pays à l'autre! La plupart des allemand(e)s, certain(e)s belges... ne comprennent souvent pas qu'on puisse leur interdire d'être nu(e)s pour un massage à l'huile! J'attache une grande importance à accueillir les personnes comme elles sont, avec la pudeur qui est la leur! Si elles souhaitent être nu(e)s c'est ok pour moi, si elles souhaitent garder leurs sous-vêtements c'est tout aussi ok, si elles souhaitent rester habillées (ce qui est quand même assez rare pour une demande de massage à l'huile) je leur propose des techniques adaptées (et sans huile!), mais je ne juge jamais leurs intentions sur cet unique critère de la nudité... Cette attitude n'a pas toujours été évidente pour moi, et j'ai du faire un important travail personnel pour ne plus être gêné par cette nudité, mais je suis fier de l'avoir fait!

Alors oui bien sûr le simple mot massage attire aussi des personnes qui souhaitent un autre type de prestations, mais la nudité ne change rien à la chose, c'est à chaque praticien d'être clair, de ne pas tourner autour du pot et d'afficher clairement les limites, comme tout le monde je crois je reçois des demandes  (d'hommes surtout) qui recherchent autre chose qu'un massage, mais cela ne va pas plus loin que le contact téléphonique, sans doute parce que je ne tourne pas autour du pot et que je n'hésite pas à parler de sexualité et que la personne comprend très vite que la nudité est ok mais que le cadre est strict et rigoureux et ne tolérera aucune entorse ou dérapage d'aucune sorte.

Pour moi une charte est un cadre, mais dans ce cadre des sensibilités différentes doivent pouvoir s'exprimer, il doit donc aussi laisser une certaine liberté et associer systématiquement la nudité à la sexualité (et donc la refuser en massage dans la charte) c'est faire le jeux de tous ceux qui discréditent le mot massage en s'en servant pour "légaliser" des pratiques sexuelles ou de prostitution, c'est donc pour nous, professionnel(e)s du MBE se tirer une balle dans le pied!